La motivation individuelle : un système intrinsèque ou extrinsèque ?

Print Friendly, PDF & Email

La Barcley est une course américaine d’ultra-trail qui requiert d’enchainer 5 boucles en forêt (pour une distance totale de 160 kms) mais beaucoup de participants estime que chaque boucle ferait 42 kms, le tout avec un dénivelé de 36 000 mètres (soit l’équivalent de l’ascension de l’Everest 2 fois) et en moins de 60 heures…. Cette course n’a pas de site web, pas de processus d’inscription connu et requiert donc, au 40 participants admis annuellement, de trouver le moyen de contacter les deux créateurs de cette course folle. L’inscription ne coûte qu’1$60 additionné au choix (en fonction des années) d’une paire de chaussette, d’une chemise à carreaux, d’un tee-shirt blanc mais toujours accompagné d’une plaque d’immatriculation du pays de domiciliation du participant. Les organisateurs prenant plaisir à exposer ces murs de plaques d’immatriculation jointes entre elles.

Sur 800 participants, depuis que la course existe, seul 2% aurait fini la course (source Wikipedia : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Marathons_de_Barkley). La sonnerie au mort est jouée au clairon systématiquement pour chaque abandon, il y a un certaine forme d’humour entretenue par l’équipe d’encadrement, ainsi elle livre parfois de l’eau en bidon pour le ravitaillement sur le parcours mais qui parfois gèle avec pour résultat que les participants doivent la réchauffer pour boire….

La question que l’on est en droit se poser c’est pourquoi les gens s’y inscrivent librement et y reviennent ? Ainsi, personne ne fini la course en 2017 ainsi qu’en 2018, pire, le record de la loose est détenu par un homme (des femmes y participent aussi) qui a parcouru 3,2 kms en 10 heures….

Il n’y a pas de coordonnés GPS, pas d’altimètre et pas de cartes. Pendant la course, l’orientation doit se faire de mémoire après avoir jeté un œil sur le parcours pendant une paire d’heure avant le départ. Il n’y a pas de points ravitaillements et encore moins de médecins ou de soins sur le parcours. Il y a seulement des livres qui disséminés sur les parcours doivent être trouvés par les participants qui doivent déchirer la page correspondant à leur numéro de dossard et ramener le tout aux organisateurs afin de démontrer que la boucle a bien été effectué en totalité. Évidemment, il n’y a pas de récompense pour le vainqueur.

Le record de ces 5 boucles est de 55 heures et 37 minutes mais ce n’est pas le sujet car le tracé change tous les ans : l’objectif étant plutôt de terminer en moins de 60 heures.

Comment se fait-il que certains viennent depuis l’Europe, l’Inde, l’Asie pour cela ? La réponse est en partie donnée par le co-fondateur Gary Cantrel qui nous dit « on pourrait augmenter les frais d’inscriptions, les gens viendraient quand même, pour autant je ne crois pas que l’ambiance et les personnes seraient les mêmes…. ».

Cela pose la question de la motivation (intrinsèque et extrinsèque) dans les prises de décision et d’engagement des êtres humains. Cela corrobore aussi les études de psychologie sociale qui démontrent que les individus sont plus opérants si leurs motivations est intrinsèque (lié à leurs émotions), si le but n’est pas n’est une fin en soi et si l’engagement est libre de récompense…. Ainsi, Edward L.Deci dans son ouvrage (Pourquoi nous faisons ce que nous faisons) nous précise même que les individus perdent tout intérêt à faire quelque chose qu’ils faisaient gratuitement si vous commencez à les récompenser. Étonnant non ? Il précise ainsi que les personnes perdent de vue qui ils sont quand ils commencent à être contrôlés par des récompenses financières, l’auteur parle même d’aliénation au sens abandon de son authenticité.

Cela remet en cause une bonne partie des fondamentaux de la motivation des équipes, des individus, telles qu’ils sont pratiqués dans le monde de l’entreprise dans leurs immenses majorités.

Ainsi, pour les entreprises qui voudraient prendre un autre chemin cela implique de mettre en place une organisation qui permette, dans une certaine mesure, de laisser le libre arbitre et donc la liberté aux individus dans l’organisation et la gestion de leurs tâches ceci afin de rechercher de l’engagement, de la motivation et nécessairement de la performance.

Les organisations contrôlantes ont ainsi de beaux chantiers en perspectives.

Alain Huau

Expert de la relation clients depuis plus de 15 années
Une grande pratique de la gestion du support client sur l’ensemble de l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique (EMEA)
28 années d’expérience dans l’industrie, les services, le développement logiciel, l’intégration de systèmes, la conduite de projets, …
Diplômé Universitaire Executive Coaching de Dirigeants et de Managers (Université de Cergy Pontoise)
Alain Huau